La peur du “Coronavirus” ou la peur de mourir

Posté dans : BLOG 0

La peur du “Coronavirus” ou la peur de Mourir

coronavirus

Introduction

Au début je n’avais pas forcément envie de faire un Article sur le Coronavirus mais avec l’ampleur que ça a pris, je trouve important de parler de la peur que ça génère.
Même s’il y a peut-être des choses cachées et qu’on ne nous dit pas tout, c’est un fait, le virus est bien présent.
Et je suis complètement d’accord sur le fait de faire attention à ne pas contaminer d’autres personnes.
Mais la psychose et la peur qui se sont installées, qui pour moi sont hallucinantes, mènent à des comportements invraisemblables.

Que se passe t-il avec l’annonce du Coronavirus?

L’annonce du Coronavirus, nous met face à quelque chose d’Inconnu, et à la Peur de Mourir.
Pour le plus grand nombre, l’inconnu  fait peur, car ça met dans l’ Insécurité. Dans la vie de tous les jours, on a l’impression d’être en Sécurité avec ce qu’on a (sécurité financière grâce à un CDI, sécurité matérielle avec une maison, sécurité affective car on est couple….) et on pense que rien ne peut nous arriver.
Sauf que peu importe ce qu’on a, tout peut changer d’un instant à l’autre, ce n’est qu’illusoire.
On ne se sentira jamais vraiment en sécurtié et on ne le sera pas, tant qu’on la cherche dans ce qui nous entourent.
La vrai sécurité vient de l’intèrieur, de la confiance et de la FOI (Force originelle Intèrieure).
Si on se sent en sécurité en nous-même, on a pas besoin de tout ce qu’il y a autour pour l’être et les peurs se dissipent.

Ce virus et ce confinement nous met face à tout ça, on ne peut plus le nier.
Les gens prennent enfin conscience que rien n’est acquis dans la vie, qu’on peut tout perdre d’un instant à l’autre.
Ils prennent conscience que eux ou leurs proches peuvent mourir mais pourtant c’est évident qu’on peut et qu’on va mourir mais on l’oublie dans le quotidien.

La peur de Mourir

” La peur du Coronavirus n’est pas autre chose qu’une peur de mourir“.

Chez nous la mort est un sujet tabou, on a beaucoup de mal à en parler. C’est quelque chose de triste et de mauvais. Si on ne pleure pas nos morts, on passe pour quelqu’un d’insensible.
Mais tout ça ce sont simplement des croyances. Ce qu’on nous a appris.

Dans certains pays on fête véritablement les morts, pas en allant juste fleurir une tombe mais en faisant la fête.
Car pour eux la mort n’est pas forcément quelque chose de triste mais plutôt une libération de l’âme.
C’est l’enveloppe corporelle qui meurt mais l’âme vit toujours et ne meurt jamais.

Beaucoup de personnes ont oublié qu’effectivement, ils peuvent mourir. Dans la folie du quotidien, on y pense pas forcément.
Mais à partir du moment où on naît (et même à partir de la conception), on va mourir un jour, c’est un fait.
Mais bien souvent, on ne veut pas en entendre parler car c’est trop dur. Et avec le coronavirus, ça nous revient comme un boomerang, on est obligé d’en prendre conscience et ça fait peur.

Je comprends la peur de mourir et la tristesse qu’engendre la mort d’un proche.
Mais le manque de la personne qui s’installe et devient parfois insupportable, est en faite une dépendance affective et une blessure à guérir en soi.

Ce n’est absolument pas un jugement, je comprends pour être passée par là aussi et avoir eu ses réactions (manque, mal-être….).
Mais après avoir travaillé toutes ses blessures en moi et m’être ouverte au spirituel (rien de religieux là dedans), je ne vois plus la mort de la même façon.
Au travers de mes expériences, je me rend bien compte que l’âme de nos chers disparus est toujours présente.
Aujourd’hui je vois la mort différemment. Je n’ai plus peur de mourir ou qu’un de mes proches meurent même si évidemment ce n’est pas ce que je souhaite, que j’aimerai partir le plus tard possible et avoir mes proches le plus longtemps possible auprès de moi.
Je me dis que si ça arrive, c’est que ça doit arriver et que c’est le moment. Je ne dis pas que ce ne sera pas dur pour moi mais je pense sincèrement que je le vivrai différemment aujourd’hui.

La psychose Coronavirus

Une fois de plus je me rends bien compte que ce virus est présent et qu’il faut faire tout ce qu’on peut pour l’endiguer.
Je ne suis pas inconsciente, je sais qu’on peut être porteur sain et je ne prendrai pas le risque de contaminer des gens.
Mais il ne faut pas non plus céder à la psychose, avoir peur de tout et de tout le monde.
Pour moi faire un tour au grand air quand on vit à la campagne n’a rien de dramatique si toutefois on respecte les mesures et la nature évidemment.

Car au final on se rend bien compte que ça ne tue pas plus qu’autre chose mais ça se propage vite et c’est inconnu donc ça fait peur.
Tous les jours plein de gens meurent de plein de choses différentes ( la grippe, les accidents,les meurtres, le cancer….) mais c’est comme si c’était loin de nous, que ça ne pouvait pas nous arriver à nous.
Sans oublier tous ceux qui meurent de pauvreté (faim, froid..).

Mais tout ça on n’en parle pas au quotidien donc même si on le sait, ça reste très loin de nous, comme si ça n’était pas une réalité.
Mais avec le coronavirus, ça nous revient en pleine face et on se rend compte que c’est une réalité, que ça peut nous arriver à nous aussi et du coup qu’on peut mourir.

Et avec les médias qui en parlent sans cesse (alors qu’on ne parle pas forcément tous les jours des morts qu’il peut y avoir dans le monde pour différentes raisons), ça créer la psychose.

Le confinement

Pour moi le confinement a été très compliqué au début (la première semaine).
Vivant seule, j’aime beaucoup bouger, aller me promener, voir du monde et j’avais l’impression jusque là de très bien vivre cette solitude.
J’aimais aussi beaucoup me retrouver seule, avoir mes moments à moi car c’était un choix.
Mais finalement quand on vous l’impose et que ce n’est plus un choix, ça devient très compliqué.
On se rend compte qu’en fait la solitude est plus dur à gérer que ce qu’on pensait. Je me suis sentie privé de ma liberté.

Et pourtant je suis persuadée que tout ce qui se passe, n’arrive pas par hasard, a un but et pour moi ça se confirme.

J’ai pu voir que certaines de mes blessures que je pensais réglées étaient toujours bien présente et j’ai pu travailler dessus pour les libérer.
ça m’a aussi poussé à prendre confiance en moi, en faisant des choses que je n’aurais pas osé faire avant.
Donc pour moi c’est positif ( je ne parle bien évidemment pas de la maladie mais bien de ce que ce confinement m’apporte).
Même s’il y encore peut-être des blessures qui ne sont pas encores ressorties et qui arriveront peut-être plus tard.

Mais je me rend bien compte que ce confinement ne sera pas positif pour tout le monde. Pour les personnes les plus fragiles, je pense que c’est très compliqué.

Conclusion

Finalement tout ça n’arrive pas par hasard, c’est un Mal pour un Bien.
On va tous pouvoir se remettre en question.

Les gens vont peut-être enfin prendre conscience que la vie n’est pas que matérielle mais bien plus que ça.
Qu’il faut prendre le temps de se retrouver soi-même et de passer du temps avec ses proches.
Plutôt que de courir après l’argent, une sécurité illusoire ou de se rassurer en courant après un futur qu’on ne peut pas prévoir car rien n’est sûr dans la vie, rien est acquis.
D’être beaucoup plus dans la bienveillance et l’entraide plutôt que dans le jugement et le chacun pour soi.
Qu’il faut protéger la planète plutôt que de la détruire.

Il faudra être vigilant pour ne pas retomber dans nos vieilles habitudes.
L’univers nous dit stop et j’espère que l’Humain (moi y compris) ne répétera plus les mêmes erreurs.

PS : Une fois de plus je le répète, Il n’y a aucun jugement dans cet article, juste mes idées. Je comprends les peurs pour les avoir vécues et les vivre encore parfois. J’ai moi-même commis plein d’erreurs que j’espère ne plus répéter.

Je vous souhaite Bon courage à tous et surtout à ceux qui sont touchés par ce  Virus.
Je souhaite aussi  bon courage et remercie tous ceux qui travaillent dans les milieux hospitaliers, alimentaires et transports.

Je vous envoie à tous et à la planète plein de lumières et de belles énergies postives, en espérant que tout ça appartiennent très vite au passé.

A bientôt

Vanessa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *